vendredi 13 février 2015

Petite Coupe, ex-Petite Coupe de l'America - - - LittleCup, ex-Little America's Cup

Petite Coupe, ex-Petite Coupe de l'America - - - LittleCup, ex-Little America's Cup
PREMIER CLASS C à AILE


Mountain Lion (1968)

Évolution du Sealion en Mountain Lion, versions 1968 et 1970. Plans ©François Chevalier

La Petite Coupe de l’America, comme il est coutume de l’appeler, est depuis son origine, en 1961, le creuset d’inventions les plus étonnantes. Après les extravagants Dulcinea et Splice décrits sur ce blog, l’aventure de Mountain Lion, premier Class C équipé d’une aile, en 1968, ne manque pas de piquant. Le premier ou le second, car cette année là, l’aile est dans l’air sur la côte Est, l’une sur le lac Deep Creek dans le Maryland, l’autre à Beverly(*), dans le Massachusetts.

L’aile de Mountain Lion est on ne peut plus simple. La surface de voilure d’un Class C étant limitée à 300 pieds carrés (27,87 mètres carrés), William Steane, son concepteur et constructeur, ne se casse pas la tête, son aile fera 10 pieds sur 30 de haut, calcul basique ! Il conçoit une aile au profil symétrique, en considérant que sous la pression de l’air, l’aile et son revêtement se déformeront. 

Bill Steane à l’œuvre dans l’assemblage des membrures de l’aile de Mountain Lion en 1967. Photo DR ©Collection Lorhing Miller.
Construite dans son jardin en petits profils d’aluminium, renforcés par de multiples tiges croisées, l’aile est recouverte d’un film de nylon, qui peut se réduire sur deux niveaux, grâce à des fermetures éclair qui courent tout autour de l’aile. À cette période, Bill travaille pour la société qui fournit les trois quarts des fermetures éclair dans le monde, Talon Zipper, à Meadville en Pennsylvanie. Lors des premiers essais sur le lac Deep Creek, les performances ne semblent pas décourageantes, mais également peu convaincantes.

L’histoire de William, Bill pour tous ses amis, est bien loin de celle des habitués de la Petite Coupe de l’America, qui ont baigné et grandi sur toutes sortes de voiliers. Si Bill, né en 1915, a passé son enfance au bord du Lac Erié, à Vermillon, il est parti très vite dans l’Ohio travailler et n’a regoûté aux joies de la voile que lorsque son gendre Lorhing Miller lui a fait découvrir le Class A. 
L’aile de Mountain Lion est un grand rectangle de 10 pieds sur 30. Photo DR ©Collection Lorhing Miller.    
La base de l’aile de Mountain Lion est un cercle en aluminium. Photo ©Collection Lorhing Miller.    

Cette année là, en 1967, il acquiert le Class C Sealion, celui qui a tenté de défendre les couleurs nationales lors de la Petite Coupe de 1964, au Thorpe Bay Yacht Club, dans l’embouchure de la Tamise. 

Le cercle de la base de l’aile est inséré dans des rouleaux fixés à une structure qui pivote sur un tube en aluminium transversal. Photo DR ©Collection Lorhing Miller
Les coques de Sealion des frères Dave et Jerry Hubbard, architectes et constructeurs, ont la particularité d’avoir le pont incliné vers l’intérieur pour réduire la surface développée, idée qui sera reprise en 1996 par Steve Clark et Duncan MacLane sur Cogito

Après mures réflexions, Bill remplace les bras de liaison en contreplaqué du catamaran par des tubes d’aluminium, baptise son catamaran Mountain Lion, par opposition à Sealion né dans le Long Island, et se lance dans le dessin d’une aile. 

L’aile est recouverte d’un nylon tendu, fixé par des fermetures éclair. Photo DR ©Collection Lorhing Miller.

Composée de 44 membrures espacées de 8 pouces (20,32 cm), la base est reliée à un cercle qui repose sur des rouleaux, inscrits dans une structure entre les deux bras principaux. Cette structure est fixée à l’avant à un tube transversal qui lui permet de pivoter pour hisser et abaisser l’aile. L’espar est dépourvu de hauban et peut tourner librement.

Mountain Lion lors des essais sur le lac de Deep Creek
dans le Maryland      DR Collection Lorhing Miller
Mountain Lion au championnat de la North
American Multihull Sailing Association en 1968.
DR Collection Lorhing Miller

En 1968, Mountain Lion participe au Championnat de la North American Multihull Sailing Association, mais sa prestation n’a pas marqué l’histoire des multicoques, et Bill abandonne son idée d’aile. Il faudra attendre 1974, avec Miss Nylex de l’Australien Roy Martin, pour qu’une aile s’impose dans la Petite Coupe.

L’année suivante, Bill regrée Mountain Lion avec le gréement de cat-boat d’origine des frères Hubbard, et navigue sur le lac Arthur en Pennsylvanie, en compagnie des dériveurs et quillards de son club, le Moraine Sailing Club. Il participe de nouveau au championnat de la NAMSA au Canada, à Hamilton dans l’Ontario, et se rend compte que les mâts ailes prolifèrent et dominent, en particulier Scimitar et Yankee Flyer, il se fait battre même par le trimaran des frères Maede et Jan C. Gougeon, Victor T. Pendant ces régates, il apprend qu’il est grand-père d’une petite fille, Sue, et cela le stigmatise pour reprendre ses recherches. 

A Roton Point en 1973, en tête, Patient Lady II (US 71) avec sa troisième aile due à Dave Hubbard, suivi d‘un Tornado surtoilé. Mountain Lion (US 17) est troisième devant Hawk (US 77) avec Rick Taylor et Ned Damon et Taku II (US 68) à Lee Griswold. Photo DR ©Collection Gene Miller.
Il se lance dans la fabrication d’un mât aile du même type de celui de Scimitar, épais et élancé, à partir d’un profil aluminium, des membrures en lattes de bois espacées d’un pied (30,46 cm), et un revêtement en nylon. Bill et son Mountain Lion se rendent à Rowaytown, dans le Connecticut, à la Roton Point Sailing Association, haut lieu des Class C américains de la Cote Est, où se courent le Championnat du Monde de la Classe et les Sélections pour la Petite Coupe de l’America de 1972. C’est Weathercock de George Patterson qui remporte la sélection, Scimitar ayant été détruit dans un accident de la route, mais plus d’un a pensé alors que Mountain Lion aurait peut-être mieux défendu les couleurs américaines en Australie contre Quest III.

Le Class C est un voilier qui mouille dès qu’il y a un peu de mer ou du vent. La combinaison est de rigueur. Au premier plan, les cale-pieds de l’équipier au trapèze, le compas de pont et le rail d’écoute de grand-voile. Photo DR ©Collection John Sherer.

Pendant ces premières années 1970, Bill régate aux quatre coins des États-Unis, en Floride ou en Californie, et navigue avec les meilleurs équipiers du moment, David Hubbard ou Meade Gougeon, ou ses proches, sa fille Meg ou son gendre Lorhing. Si lui et son Montain Lion n’ont jamais brillé au premier plan de la Class C, ses proches sont restés fidèles et sont encore des supporters de la Classe.
Cadeau de Noel 1971 à Bill Steane, il est heureux ! Photo DR ©Collection Lorhing Miller.    
Puis Bill a continué à naviguer en multicoque avec son épouse Edna, sur un trimaran conçu par les frères Gougeon, Trilliad, en donnant quelques impressions fortes à ses petits enfants que ce soit sur les Grands Lacs, le golfe de Mexico, en passant par le Mississippi ou la Floride et les Everglades. Il s’est éteint à 91 ans, en ayant toujours su faire la part de sa passion et de la transmission de cette passion.

François Chevalier
_________________

(*) L’autre aile de 1968, celle de Beverly, fera bientôt l’objet d’un prochain article.

La prochaine LittleCup aura lieu à Genève à la Nautique, en septembre 2015.

Class C
Longueur hors tout : 25 pieds (7,62 mètres)
Largeur : 14 pieds (4,27 mètres)
Surface de voilure (espars compris) : 300 pieds carrés (27,87 mètres carrés)
2 équipiers

NOTE IMPORTANTE
- «LittleCup, la Grande Histoire de la Petite Coupe», François Chevalier, Éditions de La Martinière, 280 x 310 mm, 224 pages, 100 plans, cartes, ainsi qu’une autre édition en anglais («LittleCup Story»), à paraître en avril 2015.
- Cette appellation de «Petite Coupe de l’America», tout comme celle de «Little America’s Cup», a été récemment interdite par sa grande sœur, alors que dès la première édition, la presse américaine avait édité qu’ils avaient perdu la “Little America Cup“. Officiellement, entre 1961 et 1996, l’événement s’est appelé ITTC, International Catamaran Challenge Trophy, puis entre 2004 et 2013, ICCCC, International C-Class Catamaran Championships. Il prend le nom désormais de LittleCup, ou Petite Coupe en français.

- Merci à Lorhing Miller, et Gene Miller, architecte naval, pour leur précieuse collaboration.